La suite du weekend

Faites défiler

Le vendredi soir passé, le samedi matin pointa son nez. Direction chez Katie pour récupérer la voiture d’Atholl abandonnée la veille, et direction chez Deb où je suis étonné de la taille de Christopher qui n’a pourtant que 13 ans…

Malgré la pluie quasi incessante (pluie de rien du tout ou presque, mais pluie qui mouille autant que les autres), on a chargé la camionnette avec la tonne de carton de Iain (en fait les siens et ceux de ses collocs!) et on a ensuite mangé un sandwich sur le pouce.

On devait prendre le train pour Edinburgh, afin de passer un bout de temps avec Iain. On avait pas arrêter de courir, et je dois avouer que j’étais pas à mon top niveau. Mais bon, même pas à mon top, je suis loin devant!!! Donc, d’après Iain, le train qu’il nous fallait prendre partait à 15h02. Pas de problème donc… Ouai, sauf quand on s’appercoit qu’il est 14h50 et qu’en gros on a dix minutes pour traverser la ville, faire son sac, retraverser la moitié de la ville et acheter le billet.

On tente le coup! Et on l’a fait… D’autant plus facilement que le train ne partait que 12 minutes plus tard, mais ce fut bien drôle. Et d’après Atholl, ma tête l’était aussi.
On est donc parti sans savoir comment on allait revenir, ni même si on allait dormir là bas…mais qu’importe!

On est arrivé à Edinburgh une petite heure plus tard, sous la pluie…Enfin je crois qu’il y en avait! En tout cas, il y en a eu. Pas de visite, juste regarder au loin le château sous la pluie et dans le gris, et on se dirige vers le nouveau chez Iain. En fait, on prendra le cab, et je ne le regrette pas, c’était pas à côté!

Pas forcement plus à raconter, si ce n’est le petit passage à ASDA et au McDo pour couvrir le sandwich qui passe pas si bien, et faire le plein.

La soirée fut cool, vu qu’on a du décharger la même camionnette qu’on avait chargé, mais avec plus de bras. Ensuite, on a parlé, et regardé “La vérité si je ment 2”, puis dodo. Ah oui, parce que le temps qu’on regarde les éventuels horaires pour rentrer le jour même, ben le dernier train venait de partir!

On est donc rentré dimanche matin par le train de 10h40 ou par là, arrivé une heure plus tard, soit 2 heures avant mon train de retour.

Retour qui fut particulièrement long, puisque je suis arrivé avec une heure trente de retard à Newbury, faute à de nombreux arrêts sur la voie, afin de laisser passer les autres trains sur la même ligne! Grr…  P***** de système de transports privatisé.

Enfin, c’est quasiment rien ça, vu que le lendemain, pour aller au boulot, j’ai attendu 30 min à la gare pour prendre le train, alors que celui qui était prévu ne rouler pas à son horaire habituel… Et oui, c’est la guerre de se déplacer ici. Au moins, au Sénégal, si s’était complexe d’aller de A à B, ça coûté pas un huitième du prix du véhicule…

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *