C’est pourquoi j’ai toujours des slips en trop…

J’ai une facheuse habitude. Je compte mes slips et mes chaussettes (euh je dis slip mais c’est de caleçons dont ils’agit) quand je part en déplacement, et jusqu’à présent déplacement rimait avec vacances ou week-end.

Mais mon nouveau statut de salarié (si si) me permet de goûter aux joies du compte bancaire jamais débiteur du déplacement professionnel.

Et puis mon statut de célibataire/pas-de-vie-en-ce-moment/personne-n’est-enceinte-dans-mon-entourage/je-suis-la-dernière-solution (rayer les mentions inutiles) et mon grand dévouement, m’ont entrainé à me proposer à rester alors que nous rencontrions des difficultés dans l’installation du serveur…

Eh BAM, me voilà un mercredi soir coincé à Landivisiau (3 – division 3 pour ceux qui ont pas compris la blague…), dans un hôtel sympa mais loin, tellement loin de là où je dois aller bosser. Et je sais même pas comment je vais y retourner…

Et oui, je prends toujours des slips en plus, parce qu’on sait quand on part quelque part, mais pas forcément quand on en  revient…

2 Comments

  1. Allez va tu as connu pire:les pistes inondées du Séné gal ,les routes enneigées du Canada….Et puis c’est ça de vouloir être un grand voyageur et de partir courir l’aventure au fin fond de la Bretagne!Bientôt ce sera le retour à la civilisation.
    Signé:une exilée dans un autre trou perdu de la France profonde

  2. Allez va tu as connu pire:les pistes inondées du Séné gal ,les routes enneigées du Canada….Et puis c’est ça de vouloir être un grand voyageur et de partir courir l’aventure au fin fond de la Bretagne!Bientôt ce sera le retour à la civilisation.
    Signé:une exilée dans un autre trou perdu de la France profonde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *