Techniquement, c’est le printemps

Mais dans la pratique, c’est autre chose.

Mais d’abord, qu’est ce que le printemps? Outre être la période où les petits et les gros animaux sont volages et contribuent plus ou moins activement à la survie de leurs espèces, c’est la saison du renouveau.

D’après Wikipédia :

Le printemps est l’une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l’hiver et l’été.
Dans l’usage courant, on assimile le printemps aux mois de mars, avril et mai dans l’hémisphère Nord et de septembre, octobre et novembre dans l’hémisphère sud.

De prin, premier, et temps, cette saison commençait autrefois l’année.

Astronomiquement, elle commence avec l’équinoxe de printemps et finit au solstice d’été. En météorologie, elle commence conventionnellement le 1er mars.

Dans le calendrier chinois, qui est lunaire, le printemps commence vers début février et se termine vers fin avril. La fête du printemps y coïncide avec le nouvel an : c’est le début des semences et d’une fête de deux semaines. Ce décalage d’un mois et demi environ par rapport à l’Europe continentale est dû au fait que les équinoxes et solstices se situent à mi-saison. On le retrouve notamment dans les calendriers traditionnels celtiques ou scandinaves.

Le printemps est souvent associé à la « saison des amours » et à la jeunesse.

Le printemps est la saison des giboulées, une alternance de pluies et de journées ensoleillées, et de la fonte des neiges. Cette fonte survient plus rapidement en plaine qu’en montagne. Aussi il est fréquent que les habitations et les champs situés près des cours d’eau soient inondés durant la nouvelle saison en raison du sol gorgé d’eau. Aux États-Unis, en Nouvelle-Angleterre, le printemps est appelé «saison de la boue».

Selon la durée et la rigueur des hivers dans les différents pays tempérés, on assiste au printemps (de mi-mars à fin avril et même en mai dans les pays à hiver rigoureux comme au Canada) à un réveil de la nature. Les arbres, dépouillés de leurs feuilles au cours de l’automne, revivent sous l’effet des températures clémentes, des pluies fréquentes et du soleil un peu plus présent que durant la mauvaise saison. La sève descendue dans le tronc des arbres remonte, les bourgeons, restés fermés durant tout l’hiver, s’ouvrent et de nouvelles feuilles d’un vert tendre font leur apparition, grandissent et s’élargissent jusqu’à atteindre leur taille normale selon l’espèce. Elles garderont cette taille mais seront d’un vert plus foncé durant l’été.

Certains arbres fruitiers (pommiers, cerisiers…) signalent leur activité en premier lieu par l’apparition de fleurs (blanches, roses, mauves…) puis ces fleurs tombent ou sont emportées par le vent pour laisser place à de jeunes feuilles.

Les prairies et les champs sont souvent recouverts de fleurs et d’une herbe jeune et neuve, un plaisir pour le bétail libéré de son régime au foin durant l’hiver.

Donc en gros, pour résumer, le printemps, c’est à partir de mars, la nature renait, les jupes raccourcissent et les animaux crapulent. Et l’homme est un animal.
Les températures se font plus clémentes, on se caille moins, on s’habille moins même s’il ne faut pas oublier que ”en avril, ne te découvre pas d’un fils”. Enfin bref, fini le froid, bonjour les températures qui montent.

Alors oui, les températures montent. Mais vu qu’il y avait -42°c ya quelques temps, c’est pas compliqué! J’ai eu une cinquantaine de degrés d’amplitude thermique, mais je porte toujours mes gants le matin et mon écharpe toute la journée.

Ok, il ne neige plus. Enfin plus autant, on a quand même eu de la neige cette semaine, elle a tenu deux jours, mais ce qu’il ne tombe pas neige tombe en pluie. Donc en gros c’est du pareil au même, en plus mouillé juste.

Et pour être franc, je trouve que le gris est déprimant. pas de soleil. Et même pas moyen de faire du shopping en prévision des beaux jours. En effet, j’ai voulu dépenser quelques caribou-dollars (avec dans l’esprit qu’avec un euro fort, c’est tout bénef) en vêtement. Bah j’en suis venu aux conclusions suivantes:

  • les canadiens ne portent des pulls que s’ils sont GROS, donc en hivers (euh… les pulls sont gros, pas les gens. Enfin les gros et les pas gros portent des gros pulls quoi)
  • En dehors de l’hiver, ils ne semblent porter que des t-shirts qu’ils mettent parfois au dessus d’une chemise, mais pas de pull léger mi-saison…
  • Enfin il y en a, mais ils sont soit trop moche, soit trop cher, soit pas du tout ce que j’attends d’un pull mi-saison…
  • Ils aiment les sweats à capuche (hoodie ou hoody) qui font beaucoup trop sportswear pour l’usage que j’en ferrai
  • Les jeans sont vraiment pas cher quand on sait ou chercher…

Une question me vient alors à l’esprit: est ce que je vais parvenir à survivre en France où, à mon retour, il risque de faire bien chaud?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *