Une semaine à Djerba – entre l’île de la tentation et Kho Lanta (ou presque)

Non, malgré ce que cette image peut laisser penser, nous ne nous sommes pas rendu à Djerba en Dromadaire (et pas en chameau, vu que dromadaire = trois syllabes donc une seule bosse et que chameau = deux syllabes et donc deux bosses)… D’ailleurs, les plus observateurs auront remarqué que 1) je n’ai pas d’enfant 2) je n’ai pas couettes 3) je n’ai pas de pantalon vert – et que donc si j’étais sur la photo je serai forcément sur le chameau dromadaire.

Bon, que dire de ces vacances? Bah que c’était reposant, bien que nous nous soyons fait un peu harcelé par les vendeurs et moniteurs d’activités en tous genres.

Commençons par l’hôtel.

Il était grand, bien grand, avec des belles chambres un peu grande. Deux lits, un mini frigo et une télé.

En terme de superficie, je dirais au moins deux fois le studio de Marine. Limite on se perdait. La seule différence, c’était pas de coin cuisine.
Parce que pendant une semaine j’ai pas fait à mangé. Je sais pas si je dois m’en réjouir ou m’en désoler.

Donc l’hôtel. Un jolie piscine, avec une eau à au moins 37°C – enfin plutôt 30°C, j’espère pas uniquement à cause des gamins qui pissent urinent dedans -et une belle plage juste à côté.

Bon, comme vous le voyez sur les photos (au passage, sur la deuxième, la photo est prise de nuit) il y a deux types de transat : les blancs en plastique et les bleus en plastique aussi mais avec une toile en plastique, qui d’après Marine étaient bien plus confortables.

Voilà à peu près pour l’hôtel. Sinon, l’hôtel est situé à proximité du phare de Midoun, qui se trouve être construit loin de la mer… Un concept un peu étrange donc, sans doutes sert-il au guidage des dromadaires…

Qu’a ton fait durant notre séjour? Pour ma part, j’ai bronzé, quant à Marine elle s’est tartiné de protection solaire. Et cette année encore, j’ai mis le short de bain trop haut, et BAM! j’ai la marque du maillot à mis chemin entre le nombril et le pubis… Je savais que j’aurai du mettre le slip de bain.

Sinon,nous avons fait des visites. La première d’entre elles, Houmt Souk, capitale administrative de l’île. Où, n’ayant aucun document, nous n’avons rien vu de ce qu’il y avait à voir, où Marine a fait tourné pas mal de tête (je crois que le short est en cause), et où elle ne savait pas dire non aux invitations dans les échoppes…


L’église d’Houmt Souk

Ensuite, nous avons fais deux excursions.

La première, bien touristique, en bateau pirate. Oui, pirate. Avec des gens rapidement grimé en pirates, sur un bateau en forme de caravelle. Direction une fausse île, une presque île en fait, où nous avons pu manger traditionnel.

La ballade en mer était cool, l’équipage un peu chiant. Mon moment préféré, c’est quand un gars de l’équipage s’est pris une droite par un gamin de 8 ans qu’il avait pris pour la deuxième fois par le bras, cette fois pour le prendre en photo alors qu’il avait un crochet, malgré le fait que la maman lui criait et lui avait déjà dit que son garçon avait des coups de soleil… ÉNORME!

Donc, sur la presqu’île, c’était pas trop mal. Un peu sale – des déchets laissés par des touristes mal élevés ainsi que pas mal d’algues et d’herbiers sur le rivage contribuant à donner une odeur pas top – mais agréable. Là, on a très bien mangé, puis il y a eu une petite animation (“spectacle” humoristique et chant et chansons).


La paillote où nous étions 270 à manger


Le bar-cuisine de notre flottille (3 des 9 bateaux présents sur l’île, répartis sur 3 paillotes)


Indiana Jones Marine sur la plage (derrière, les algues)

Le moment sympa du retour, c’est quand le type devant moi sur le ponton pour retourner au bateau a fait tombé son téléphone (un joli samsung) dans l’eau . Il l’a récupéré, mais je doute qu’il fonctionne encore…

Il y avait des choses à voir sur l’eau, comme les pêcheurs sur leurs barques…

Une impression générale un peu étrange concernant l’équipage, qui nous appelait constamment “les touristes” ou “les bourgeois”, comme part de leur jeu costumé mais aussi dit tellement naturellement… De ce qu’il reste comme impression de ce séjour, c’est que les gens essayent au maximum de nous aider à dépenser nos sous. Bah avec Marine dans l’équipe, c’était perdu d’avance!

Le lendemain, parce que nous n’en avions pas eu assez de nous lever à 7h pour un départ à 8h, c’est à 6h que nous réglons le réveil pour un départ à 7h. En bus “confort” – sauf pour ceux sur les strapontins” – nous avons sillonné le sud Tunisien.

Des paysages presque divers, avec des désert de sel ou de sable, des champs d’oliviers et des stations services clandestines à mesure que nous nous rapprochons de la frontière Libyenne.


Le sel…


Berck Le Touquet Le désert de sable


Nous n’étions pas seul…


Marine dans le désert – j’ai hésité à l’y laisser

Bon, bien sûr, comme dans toutes excursions, il y a un moment où tu visites des coins avec des magasins.

Et où étions nous?

Et oui, à Tataouine! Non, pas Tatooïne, Tataouine.

Autour de cette ville, nous avons visité des Ksours. Rapidos, un Ksour c’est une espèce de logement / grenier pour des populations qui étaient à l’époque nomade (je crois si j’ai bien tout écouté. Marine, tu me contre-dis? Non, vu qu’elle dort.).

En fait, un des Ksar est connu pour avoir servi de lieu de tournage pour le film… La guerre des étoiles : Menace fantôme. Bah franchement, si il n’y avait pas le panneau suivant, ça frappe pas vraiment aux yeux…

Autre composante de la visite, les maisons troglodytes dans un village Berbère. Assez impressionnant, même si il y a pas mal de travaux à faire…


Femmes en habits traditionnels Berbères

Ce qui est sympa quand tu te déplace à l’étranger, c’est de voir ce qu’ils écrivent dans ta langue ou des langues que tu parles, ici l’anglais et le français.
Sans réellement oser me moquer, j’ai quelques doutes quant à l’exactitude des traductions…

Bon, je ne me serai pas attardé sur la nourriture à l’hôtel (pas mal, varié mais toujours de pâtes et des aubergines – mais des fruits très bons et un petit déj’ sympa), ni sur les turbulences de l’avion à l’aller et aux retards dans les deux sens, ou encore sur le fait que l’aéroport de retour était différent de celui de départ… Mais au final, cette semaine fut très agréable et reposante, même si je dois avouer que je ne suis plus fan des voyages dans les gros complexes, et où tu n’as pas vraiment la possibilité d’échanger sainement avec la population locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *