Viens chez moi, j’habite page 59

L’aménagement de mon penthouse continue. Et par penthouse, comprenez appartement de luxe et non pas maison de pantalon (si vous voulez savoir qui à dit ça, suivez mon regard…). Je ne fais pas non plus référence au magazine, dont je n’ai d’ailleurs jamais entendu parlé et dont il m’est par conséquent impossible de faire la moindre référence.

Bref, semaine après semaine, je m’équipe. Un meuble par ici, une bricole par là; et vas-y que Charlotte bouge les meubles, et à mon tour de jouer les petits personnages de Boxxle (ndla : boxxle c’était un jeu sur game- boy ou tu devais bouger des boites afin de les mettre là où tu devais. Un casse tête quoi, et en rien un jeu de boxe que le pensaient certains de mes copains quand on faisait des échanges de jeu…).

Mais problème : budget limité et envies multiples, flemme de courir de magasin en magasin et une grosse attirance pour les LEGO me poussent à toujours m’équiper chez… IKEA (au passage, pour les fans du bricolage, allez par là).

Au final, on se promène chez moi comme on se promènerai dans un croisement entre le catalogue IKEA et la page d’accueil de Cdisount, les pop-up en moins. Et la fourmi aussi. Et puis y’a pas non plus des gens bien rasés et des petites filles souriantes partout.

Mais par contre, dans la cuisine c’est mieux. Approchez vous, je vais vous donner une recette. Expérimentée hier. Et ce fut très bon. Mais pas de photos, non, pas envie de vous écœurer…

J’ai appelé cette recette “Feu d’artifice aux crevettes“. Oui je sais, pas encore connu que j’ai déjà des tendances mégalomanes.

Pour quatre personnes, il vous faudra:

  • deux poivrons (un vert, un rouge, comme ça pas de jaloux. Et le jaune on l’emm***)
  • deux carottes
  • deux branches de céleri (et non, je ne vénère pas le chiffre deux)
  • deux oignons moyens
  • un bitonio d’ail. Pas une gousse,juste une fraction. Oh pis zut, vous voyez ce que je veux dire!
  • de l’huile de sésame (ouvre toi… à la cuisine asiatique!)
  • de la sauce soja
  • du gingembre (2cm en gros)
  • 120g de riz basmati
  • une conserve de lait de coco
  • un peu de curry en poudre

Dans un premier temps, il faut préparer tout les ingrédients. C’est le problème du wok, il faut couper plein de trucs en tout petits morceaux, et c’est risqué pour les doigts. Je conseil donc un bon couteau, une planche à découper et de la patience. Ou comme moi, un robot mixeur.

Enlevez la tête des crevettes, décortiquez les (pour le fun je laisse les queues, c’est plus joli). Et c’est long, alors patience!

Bon, alors ensuite, rapez les carottes, hachez les oignons et l’ail, tranchez le céleri en de fins morceaux, découpez le poivron en de jolies lamelles. Bref “coupe Martine!”. Faites de même avec le gingembre.

Martine

Versez l’huile végétale dans le wok, environ 4 cuillères à soupe et ajoutez une cuillère d’huile de sésame et une de sauce soja. Quand l’huile est chaude, on ajoute les oignons, l’ail et le gingembre.
Dès que le tout commence un peu à remuer (oui, vous savez, juste avant que ça ne brûle, quand c’est en train de “blanchir”), vous ajoute les crevettes. Au bout d’une ou deux minutes (enfin pas longtemps après), vous ajoutez les légumes. L’objectif, c’est que les crevettes aient le temps de s’imprégner des saveurs, donc il ne faut pas négliger cette étape.

Les légumes ajoutés, on attend une ou deux minutes, en remuant (j’espère que vous avez pensé à remuer un peu depuis le début, sinon appelez un traiteur asiatique, parce que ça doit être brûlé sur le fond…). on peut éventuellement couvrir une ou deux minutes, suivant ce qu’on veut obtenir comme effet (couvrir ramolli les légumes).

C’est maintenant le moment d’ajouter le lat de coco. Le gros souci du lait de coco, c’est qu’il faut ajouter pas mal de sel pour faire ressortir les saveurs… Enfin c’est mon point de vu. Donc le lait de coco, hop, on verse tout d’un seul coup, on mélange un peu, et puis on attend.

Laissez chauffer quelques minutes, en gros jusqu’à ce que le lait commence un peu à fumer (signe de l’évaporation), et ajoutez un peu de curry (une cuillère à café environ, j’en sais rien j’y vais un peu à l’aveugle). Bien tout mélanger. Puis couvrir, et laisser mijoter à feu doux.

En gros, maintenant, vous avez entre 10 et 20 minutes avant de pouvoir manger. Le temps en fait de préparer le riz, moi j’aime bien le riz qui colle mais faites le comme vous voulez.

Le temps de mijotage est un peu au choix, parce qu’au final si on laisse cuire plus longtemps, on aura des légumes plus mou mais plus aromatisés.

Un fois que c’est prêt, bah … servez et mangez. Bon appétit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *