Les choses de la vie – mode souvenir

Faites défiler
free music


Un sacré pincement au coeur en ce long weekend. Un peu de nostalgie, et pas mal de fierté. Ma grande soeur se marie, et ca fout un sacré coup aux fesses de se dire que ça y est, c’est plus la gamine à qui je devais certainement tirer tirais les cheveux.

Je dois reconnaitre que je n’avais pas attendu le mariage pour assimiler qu’elle n’était plus une gamine, mais je dois avouer que cet engagement est sacrément lourd de sens : ils prennent la décision de créer quelque chose de leur côté.

Je me souviens de la façon dont ils me l’ont annoncé, pas du jour même si je pourai pour sur le retrouver, de l’absence de sommeil qui s’en est suivi (ceci n’est pas une légende, mais je pense que c’est également imputable au demi matelas sur lequel j’ai dormi), du mélange d’excitation par la suite remplacé par de l’appréhension et d’un soupçon de remorts, mais s’étendre sur la recette reviendrait à raconter une toute autre histoire.

Ce n’est pas le premier mariage auquel j’assiste, mais c’est de loin celui où je suis le plus impliqué sentimentalement. Si le mariage étais une bulle de savon (avec plein de glycérine, pour que ça puisse durer plus longtemps), je me trouverais juste à la surface : pas assez impliqué pour être à l’intérieur, mais je ressens directement – ou indirectement – une partie de l’organisation et de la pression.

J’en dirai plus dans quelques heures, j’aime pas écrire en anticipation, mais je peux juste leurs souhaiter plein de bonheur et une famille très heureuse…

2 Comments

  1. Nous n’avions pas eu l’occasion de lire ton post avant le jour J… Très émus en le lisant maintenant… Et encore merci d’avoir tenu ton rôle de témoin à la perfection !!

  2. Nous n’avions pas eu l’occasion de lire ton post avant le jour J… Très émus en le lisant maintenant… Et encore merci d’avoir tenu ton rôle de témoin à la perfection !!

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *