SAINT GERMAIN, ÉVÊQUE

Germain vient de germe, et ana, qui veut dire en haut, c’est donc un germe d’en haut. On trouve en effet trois qualités dans le blé qui germe, savoir une chaleur naturelle, une humidité nutritive, et un principe de semence. De là vient que saint Germain est appelé une semence en germe : car il posséda une chaleur produite par l’ardeur de son amour, une humidité qui développa sa dévotion, et un principe de semence puisque, par la force de sa prédication, il engendra beaucoup de monde à la foi et aux bonnes mœurs. Le prêtre Constantin écrivit sa vie qu’il adressa à saint Cinsurius, évêque d’Auxerre*.

Germain naquit à Auxerre d’une famille des plus nobles. Après de longues études consacrées aux arts libéraux, il partit pour Rome afin de se former à la science du droit. Il s’y acquit tant de considération que le Sénat l’envoya dans les Gaules pour remplir les fonctions de gouverneur de toute la Bourgogne. A Auxerre qu’il affectionnait, il possédait, au milieu de la ville, un pin aux branches duquel il suspendait; pour qu’on les admirât, les têtes des bêtes fauves tuées par lui à la chasse. Mais saint Amateur, évêque de cette ville, le gourmandait souvent de cette vanité, et lui conseillait même de faire abattre cet arbre dans la crainte de quelque mauvais résultat pour les chrétiens. Or, Germain n’y voulait absolument pas consentir. Mais un jour qu’il était absent, saint Amateur fit couper et brûler ce pin. Quand Germain l’apprit, il oublia les sentiments que lui inspirait la religion chrétienne et, revint à la ville avec des soldats, dans le dessein de faire mourir l’évêque: mais celui-ci, qui avait appris par révélation que Germain devait un jour lui succéder, céda devant sa fureur et gagna Autun. Peu après, il revint à Auxerre et ayant attiré Germain dans l’église, il le tonsura en lui prédisant qu’il devait être son successeur. Ce qui eut lieu: car quelque temps après l’évêque mourut en saint et. le peuple demanda à l’unanimité Germain pour évêque. Il distribua tous ses biens aux pauvres, traita sa femme comme si elle eût été sa soeur, et pendant trente ans, il mortifia tellement son corps que jamais il n’usa de pain de froment, ni de vin, ni d’huile, ni de légumes, ne mangeant même rien qui fût accommodé avec du sel. Deux fois l’an cependant, savoir : à Pâques et à Noël, il prenait du vin, encore il y mêlait tant d’eau qu’il n’y avait plus goût de vin. Il commençait ses repas en prenant d’abord de la cendre; ensuite il mangeait du pain d’orge. (316) Son jeûne était continuel, car il ne mangeait jamais . que sur le soir. L’été comme l’hiver, il avait pour tout vêtement un cilice et une coule. Et quand il ne lui arrivait pas de donner cet habit à quelqu’un, il le portait jusqu’à ce qu’il fût tout usé et en lambeaux. Les ornements de son lit, c’était la cendre, un cilice et un sac : il n’avait pas de coussin pour tenir sa tête plus élevée que les épaules; mais toujours dans les,gémissements, il portait à son cou des reliques des saints; jamais il ne quittait son vêtement, rarement sa chaussure et sa ceinture. Tout dans sa conduite était au-dessus des forces d’un homme. Sa vie fut telle en effet qu’il eût été incroyable de la concevoir salis miracles ; mais ils furent si nombreux qu’on les croirait imaginés à plaisir, si les mérites qu’il avait acquis n’avaient précédé ces prodiges.

Un jour qu’il avait reçu l’hospitalité dans un endroit, il fut étonné de voir, après le souper, apprêter la table, et il demanda pour qui ou préparait un second repas. Comme on lui disait que c’était pour les bonnes femmes qui voyagent pendant la nuit, saint Germain prit la résolution de veiller cette nuit-là; et il vit une foule de démons qui venaient se mettre à table sous 1a forme d’hommes et de femmes. Il leur défendit de s’en aller, réveilla tous les membres de la maison et leur demanda s’ils connaissaient ces personnes. On lui répondit que c’étaient tous les voisins et voisines ; alors en commandant aux démons de ne pas s’en aller, il envoya au domicile de chacun d’eux; et on les trouva tous dans leur lit. Saint Germain les conjura ; et ils dirent qu’ils étaient des démons qui se (317) jouaient ainsi des hommes. En ce temps-là, florissait le bienheureux saint Loup, évêque de Troyes. Quand Attila attaquait cette ville, le bienheureux Loup lui demanda de dessus la porte à haute voix qui il était pour venir fondre ainsi sur eux. « Je suis, lui répondit-il, Attila, le fléau de Dieu. » L’humble prélat lui répliqua avec gémissement: « Et moi je suis Loup; hélas! je ravage le troupeau de Dieu et j’ai besoin d’être frappé par le fléau de Dieu. » Et à l’instant il fit ouvrir les portes. Mais Dieu aveugla les ennemis qui passèrent d’une porte à l’autre, sans voir personne et sans faire aucun mal. Le bienheureux Germain prit avec lui saint Loup et partit pour les îles Britanniques où pullulaient les hérétiques; et comme ils étaient sur la ruer, une tempête extraordinaire s’éleva; mais à la prière de saint Germain, il se fit aussitôt un grand calme. Ils furent reçus avec de grands honneurs par le peuple; leur arrivée avait été annoncée par les démons que saint Germain avait chassés des obsédés. Après qu’ils eurent convaincu les hérétiques, ils retournèrent en leur propre pays.

Germain était couché malade dans un endroit, quand soudain un incendie embrasa toute la bourgade. On le priait de se laisser emporter pour échapper à la flamme, mais il voulut rester exposé à l’incendie, et le feu, qui consuma tout à droite et à gauche, ne toucha pas à l’habitation où il se trouvait. Comme il retournait une seconde fois en Bretagne pour confondre les hérétiques, un de ses disciples, qui l’avait; suivi en toute hâte, tomba malade à Tonnerre et y mourut: Saint Germain, revenant sur ses pas, fit ouvrir le (318) sépulcre et demanda au mort, en l’appelant par son nom, ce qu’il faisait, s’il désirait encore combattre avec lui. Celui-ci se leva sur son séant et répondit qu’il goûtait des douceurs infinies et qu’il ne voulait pas être rappelé désormais sur la terre. D’après le consentement que lui donna saint Germain de rester dans le repos, il déposa sa tète et se rendormit de: nouveau dans le Seigneur *. Pendant le cours de ses prédications, le roi de la Bretagne lui refusa l’hospitalité aussi bien qu’à ses compagnons. Le porcher du roi, qui revenait de faire paître ses bêtes, en rapportant à sa chaumière des provisions qu’il avait reçues au palais, vit le bienheureux Germain et ses compagnons accablés de faim et de froid; il les accueillit avec bonté dans sa maison, et commanda qu’on tuât pour ses hôtes le seul veau qu’il possédât. Après le souper, saint Germain fit disposer tous les os du veau sur sa peau et à sa prière le veau se leva tout aussitôt. Le lendemain, Germain se hâta de se, rendre chez le roi et lui demanda avec force,pourquoi i1, lui avait refusé l’hospitalité. Le roi grandement saisi ne put lui répondre ; alors Germain lui dit: « Sors et cède le royaume à meilleur que toi. » Et par un ordre qu’il reçut de Dieu, Germain fit venir le porcher avec sa femme et en présence de la multitude étonnée, il le constitua roi; et depuis lors ce sont les descendants du porcher qui gouvernent la nation des Bretons **. Les Saxons étaient en guerre avec les Bretons et se voyaient inférieurs en nombre, ils appelèrent alors les saints qui passaient par là; ceux-ci les instruisirent et tous accoururent à l’envi pour recevoir le baptême. Le jour de Pâques, transportés par la ferveur de leur foi, ils jettent leurs armes de côté et se proposent de combattre avec grand courage; les ennemis, à cette nouvelle, se ruent avec audace contre des gens désarmés; mais Germain, qui se tenait caché avec les siens, les avertit tous, que quand il crierait lui-même Alleluia, ils lui répondissent ensemble en poussant le même cri. Et quand ils l’eurent fait, une terreur tellement grande s’empara des ennemis qui se précipitaient sur eux, qu’ils jetèrent leurs armes, dans la persuasion que non seulement les montagnes, mais encore le ciel s’écroulaient sur leur tète; alors ils prirent tous la fuite*. Une fois qu’il passait par Autun, il vint au tombeau de saint Cassien, évêque, auquel il demanda comment il se trouvait. Celui-ci lui répondit de son cercueil ces mots qui furent entendus de tous les assistants: « Je jouis d’un doux repos, et j’attends la verne du rédempteur. » Et Germain lui dit: « Reposez encore longtemps en J.-C., et intercédez pour nous avec ferveur, afin que nous méritions d’obtenir les joies de la sainte résurrection. » A son arrivée à Ravenne, il fut reçu avec honneur par l’impératrice Placidie et par son fils Valentinien. Quand vint l’heure du repas, la reine lui envoya un magnifique vase d’argent rempli de mets exquis; il le reçut, mais ce fut pour distribuer les mets à ceux qui l’accompagnaient et pour donner aux pauvres l’argent du vase qu’il garda par devers lui. Pour tenir lieu de (320) présent, il envoya à l’impératrice une écuelle de bois dans laquelle était un pain d’orge; ce qu’elle reçut de bonne grâce et dans la suite elle fit enchâsser cette écuelle dans de l’argent.

Une fois encore, l’impératrice l’invita à un dîner que le saint accepta avec bonté. Or, comme il était exténué par les jeûnes,, la prière et les travaux, il se fit conduire sur un âne depuis son logement jusqu’au palais : mais pendant le repas, l’âne de saint Germain mourut. La reine, qui l’apprit, fit offrir à l’évêque un cheval extrêmement doux. Quand le saint l’eut vu, il dit : « Qu’on m’amène mon âne, parce que, comme il m’a amené, il me ramènera. » Et allant vers le cadavre : « Lève-toi, dit-il, âne, retournons au logis. Aussitôt l’âne se leva, se secoua, et comme s’il n’avait éprouvé aucun mal, il porta Germain à son hôtellerie. Mais avant de sortir de Ravenne, Germain prédit qu’il n’avait plus longtemps à rester sur la terre. Peu de temps après, la fièvre le saisit et le septième jour il s’endormit dans le Seigneur : son corps fut transporté dans les Gaules, selon qu’il l’avait demandé à l’impératrice. Il mourut vers l’an du Seigneur 430.

Saint Germain avait promis à saint Eusèbe de consacrer à sa place, quand il reviendrait, une église que le saint évêque de Verceil avait fondée. Mais quand il eut appris le trépas du bienheureux Germain, saint Eusèbe fit allumer des cierges pour consacrer lui-même son église. Or, plus on les allumait, plus ils s’éteignaient. Eusèbe comprit par là que la dédicace devait (321) être remise à une autre époque, ou bien qu’elle devait être faite par un autre évêque. Mais lorsque le corps de saint Germain fut amené à Verceil, et qu’on l’eut fait entrer dans l’église, à l’instant tous les cierges s’allumèrent par miracle. Alors saint Eusèbe se souvint de la promesse du bienheureux Germain, et il comprit qu’il avait exécuté, après sa mort, ce qu’il avait promis de faire étant en vie. Il ne faut pas croire qu’il soit ici question du grand Eusèbe de Verceil ; celui-ci mourut du temps de l’empereur Valens, et il s’écoula plus de 50 ans depuis sa mort jusqu’à celle de saint Germain. Ce fut sous un autre Eusèbe, qu’arriva ce qui vient d’être raconté.

4 Comments

  1. C’est un peu long donc j’ai pas tout lu… mais franchement, sur le deuxième paragraphe, je vois pas le rapport 😉
    Bonne fête en tout cas petit frère ! (j’espère que tu avais bien reçu mon sms ce matin…)

  2. C’est un peu long donc j’ai pas tout lu… mais franchement, sur le deuxième paragraphe, je vois pas le rapport 😉
    Bonne fête en tout cas petit frère ! (j’espère que tu avais bien reçu mon sms ce matin…)

  3. Pas de tout repos comme vie!!!Déjà rien que de le lire on a l’impression d’avoir gagné en mérite.Allez bonne Fête

  4. Pas de tout repos comme vie!!!Déjà rien que de le lire on a l’impression d’avoir gagné en mérite.Allez bonne Fête

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *