Un petit goût de madeleines…

J’ai encore dans ma bouche le goût des carambars nougatine. Pourtant, ça fait bien 15 ans que je n’en ai pas mangé un seul, sans doutes par crainte de ne pas soliciter les mêmes papilles que par le passé.

Autant dire que retourner à Berck pour assister aux rencontres du cerf volant, j’étais perplexe.

Il y avait par le passé le regard d’enfant et l’émerveillement, serais-je à nouveau capable de ressentir de l’étonnement à la vue des cerfs-volants?

Ce qu’il y a de bien à Berck, c’est qu’on est jamais certain du temps que l’on va avoir. Soleil, pluie, neige, vent, tout est possible. Pour ce weekend, il devait y avoir de la pluie, du vent, et de basses températures. Sébastien Folin l’a eu dans l’orifice – c’est à dire qu’il a fait beau, chaud, et que le vent était de la partie!

En fait, de quoi me est ce que je me rappel des cerfs-volants de mon enfance?

Au final, pas grand chose. Les repas de famille, parfois à l’appartement et parfois au restaurant, du sable qui volait et qui finissait dans les cheveux (sur ce point rien n’a changé), des promenades sur l’esplanade maritime pleine de monde. Et puis des cerfs-volants. Mais à bien y réfléchir, ils ne retenaient pas mon attention très longtemps, juste un coup d’oeil furtif de temps en temps, pour contempler les gros trucs en l’air qui ne ressemblaient pas vraiment à des cerfs volant, mais plus à des mongolfières ou des manches à air. En fait, les cerfs-volants, c’est comme les seins et les circuits Super 8 : c’est fait pour les enfants, mais c’est les adultes qui jouent avec

Pourtant, j’en garde un très bon souvenir – des cerfs volants, pour le reste je continu à m’éclater au présent. Je reste pourtant intimement persuadé qu’il devait arriver à mes parents d’avoir à me trainer dehors. Excuse une décennie plus tard, je n’ai jamais aimé le vent ni me promener dans la foule. Et foule il y’en a. Du vent aussi, c’est Berck, pas Hyères… Quoi qu’à Hyères aussi il y’a du vent.

Mais alors, qu’est ce qu’il y a de bien à faire et à voir lors de ces rencontres?

En fait, ce qu’il y a de bien, c’est de voir avec des yeux d’enfant ce que je n’étais pas capable d’apprécier comme tel durant mon enfance… Et de prendre son temps, tout simplement.




























2 Comments

  1. Aussi loin que je me souvienne ce n’est pas le vent de Berck que tu craignais le plus mais les jours de mistral à Hyères,ceux ci duraient 3, 6 ou 9 jours ,et c était autrement plus spectaculaire que le vent glacial du Nord.Mais ceci est mon souvenir!

  2. Aussi loin que je me souvienne ce n’est pas le vent de Berck que tu craignais le plus mais les jours de mistral à Hyères,ceux ci duraient 3, 6 ou 9 jours ,et c était autrement plus spectaculaire que le vent glacial du Nord.Mais ceci est mon souvenir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *