Voir RADIOHEAD et mourir

Faites défiler

Il y a des weekends où on s’emmerde. Y’a rien à faire, il fait pas beau, et l’humeur générale n’est pas au beau fixe.

Ca commence généralement par une nuit un peu trop courte, et souvent discontinue. C’est pas forcément la chaleur – celle qui fait qu’on se réveille moite – ni même la bruit qui vous sortent du sommeil. Non, juste un petit rien qui vous extirpe de là où vous étiez trop bien, comme pour vous signaler une journée bien bien longue…

Les minutes semblent des heures, et les heures ne pas se terminer.

Même manger fatigue, alors on se contente d’ingurgiter ce qui passe sous la main.

On s’emmerde dedans, mais sortir nous emmerde, alors forcément, on ne le fait pas.

Et puis… Et puis il y a les weekends de folie, ceux où le temps passe à cent à l’heure, ceux tu dégustes dans la tête, les oreilles et les yeux; ceux où tu n’as pas le temps de manger plus que quelques sandwichs et des chips.

Ceux où tu n’as pas le temps d’aller faire pipi, ceux où tu as mal aux pieds, ceux où tu restes debout des heures, ceux où tu te fais pousser devant et pousser derrière – et parfois par dessus – ceux où tu te fais tremper jusqu’aux os…

Mais où tu aimes ça. Tu aimes ça, et tu te dis que ce que tu viens de vivre, c’est BON. C’est bon et rien que pour les minutes de plaisir qui viennent de s’écouler, c’est bon d’avoir un peu mal. Et tu as envie d’aller en voir d’autres. Quite à faire des choix qui engendrent des modifications de style de vie…

Voir Justice, Underworld, 2many DJ’s et se dire que la techno, ce n’est pas que du bruit mais c’est aussi des basses et des jeux de lumière.

Voir Hoosiers et Mika et se dire que sur scène on peut voyager avec les artistes dans un monde déluré.

Voir BB Brunes, the Wombats et the Kooks et se dire que le Rock est toujours un état d’esprit sur lequel il est bon de bouger sa rebellion.

Voir Panic at the disco, et ne pas avoir honte de danser même si ça ressemble à rien. Et se dire aussi que la moustache n’est pas morte.

Voir Vampire Weekend, et apprécier la gueule d’ange du chanteur autant que ses rythmes langoureux.

Voir Sigur Rós – mais aussi les entendre – et se dire qu’on peut prendre du plaisir par les oreilles – voir jouir.

Voir Radiohead, et un peu à son tour mourir.

BB Brunes

The Kooks

Mika - Confetti

Mika - scene

Vampire Weekend

Moi neuneu - The wombats

The Wombats

Sigur Ros

Sigur Ros

Sigur Ros

Radiohead

Radiohead

Radiohead

Radiohead

Ceci n’est pas un extrait du concert, mais c’est tellement bon…

2 Comments

  1. Arras çà a l’air super bon !! et vive le nord & la salle du collège communautaire ou j’ai aussi passé de supers moments….Bises your aunt !!!

  2. Les générations se suivent et ….se ressemblent.Certes ce ne sont pas les mêmes musiques (eh ..quoique) qui nous ont fait vibrer,mais l’objectif était le même :ressentir ,éprouver des émotions , bref se sentir vivant.

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *