Explication de texte

Faites défiler

J’ai comme l’impression de devenir fou, je passe la totalité de mes journées à fredonner ou à chanter du Lady Gaga. Pire, je me mets à faire des mini chorégraphies…

Oh la vache, ca craint…

Je ne m’attarderai pas (trop) sur la plastique de la demoiselle de 2 ans ma cadette, mais plutôt sur les paroles.

Cas #1 : Alejandro.

Je passe sur la prestation moyennne, et visiblement le budget costume limité (grand short pour les danceurs, filet de récupération (?) pour LG).

Mais écoutez bien les paroles (ou lisez les ici http://bit.ly/cvE4pI):
don’t call my name don’t call my name Alejandro / Roberto / Ferndando.

Bon, je pense que ce ne sont pas les paroles qui me font aimer cette chanson, du moins pas la profondeur abyssale de ce qu’ils expriment (ou ce dont je comprends)

Cas #2 : Bad Romance

Déjà depuis quelques temps le cri d’introduction devient un mème sur internet.
Funny Facebook Fails

Dans ce clip, on aimera la multitudes de costumes, mais aussi de placements. Appréciez aussi les chorégraphies, c’est magique comme un tour de Gérard Majax.

Ici, les paroles parlent d’amour et de l’amour fou, celui qu’on ne contrôle pas celui qui est maladif. Bref, celui qu’on peut parfois ressentir.
Deux interprétation ensuite:

– 1) Bad Romance = amour interdit, celui qui est néfaste ou malsain. Moyennement convaincu, mais pourtant il semblerait qu’il puisse s’agir d’un amour entre amis (cf “I want your love, I don’t wanna be friends “)

– 2) C’est l’amour unilatérale (qu’il est difficile d’écrire ce genre de mot après 2h du matin), qui ne démarre pas ou qui doit s’arrêter (restons amis ou soyons amis – cf “I want your love, I don’t wanna be friends”)

Après, vous en faites ce que vous souhaitez de mes analyses, mais j’espère juste que mes analyses m’aideront à tourner la page de lady Gaga. Au passage, si vous êtes encore là, bravo!

Cas #3 : Poker Face

Que dire ici… Bon, je ne parle pas de la version acoustique, mais de celle qui tâche celle qui tâche et celle qui (oups, I jizz in my pants)

Les paroles sont assez simples, “Mum mum mum mah”. En gros elle parle encore d’amour, de manipuler les hommes et tout et tout. A noter également, le placement de marques. Passage préféré : “when it’s love if it’s not rough it isn’t fun”

Cas #4 Paparazzi

Ici les paroles sont plus simples, c’est d’amour des fans envers une personne. Le clip est assez bon, un peu long mais assez bon. Toujours aussi des rythmes assez catchy, des onomatopées assez fréquent (ou plutôt des répétitions de sons). 3 minutes à la radio, 1 journée dans la tête.

Cas #5 : Telephone

Là je dois avouer, on atteind des sommets. Une certaine tension sexuelle (volontaire je suppose) ainsi que de nombreuses références ou encore des placements rendent le visionnage du clip fort intéressant. Et les costumes de LG aussi tient. Intéressant au point, au point que j’en ai oublié d’écouter les paroles…

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *