Fast and furious – hospital drift

Faites défiler

Le centre de rééducation est une vraie jungle urbaine, avec une densité de moyens de transport supérieure à celle de Dehli. Impossible de faire un pas sans tomber sur une personne utilisant un moyen de transport. Les parkings sont d’ailleurs régulièrement pleins ce qui incite les usagers à mettre leurs engins n’importe où.

déambulateurparking.jpg

Déambulateurs (ici en modèle cadre simple ou rollator) sont les préférés pour les déplacements suite aux fractures de hanches et prothèses de genoux. Les trampolines sont eux réservés à une élite, les déplacements sont plus rapide – on fait de très grands pas – mais la chute peut être douloureuse.

Voici devant vous un petit guide sur les différents modes de déplacement à l’intérieur du centre…Le fauteuil

Le fauteuil roulant, ou “Véhicule pour Handicapé Physique” pour son appellation officielle, a été inventé dans sa forme moderne par Flemming Moller. Mais on retrouve des gravure de l’existence d’un tel moyen de déplacer les malades en Chine autour de 525 avant JC.

Quatre écoles s’affrontent ici quant à son utilisation.

  • Avec les bras

Fauteuille1.jpg

Méthode classique, pour autant qu’on ai des bras et un peu de force (ce qui n’est pas toujours le cas pour la catégories des +75 ans majoritairement présente ici). Elle présente l’avantage de permettre à l’utilisateur un déplacement de manière autonome et relativement rapide. Relativement, car certaine personnes ne trouvent pas utile d’appliquer des rotations des roues d’un angle supérieur à 5°. Attention aux bouchons…

  • Avec les pieds

Dans le cas expliqué dessus où l’usager n’est pas en mesure d’utiliser ses bras, il est possible de se déplacer avec les jambes. Technique très compliquée, que quasiment personne ne maitrise, les embouteillages sont très fréquents.

Cette méthode n’est pas illustrée car je n’ai pas eu la patience d’attendre que les sujets passent devant moi…

  • Avec un brancardier

La réinvention de la chaise à porteur mais qu’on pousse. Le moyen de transport le plus rapide finalement, sauf si on prend en compte le temps d’attente très important pour trouver un brancardier. Ce mode de déplacement peut en fait s’apparenter à un croisement entre le tire-fesse et le taxi.

  • Avec personne

C’est en fait un peu la dernière phase du fauteuil roulant. On met personne dedans et on pousse par derrière. Une variante consiste à pousser le fauteuil un peu loin et marcher pour le rejoindre. Le fauteuil peut alors se transformer en caddy pour transporter ses béquilles ou ses couches.

Fauteuille2.jpg

Lorsque la marche commence à redevenir possible, on passe à l’étape suivante : la marche assistée.

Le déambulateur

Sans aucun doute le mode de transport le plus hype et le plus fun de tous. On peut utiliser l’objet de différentes façons : luge, cage de handball, structure pour un parapente, tuteur pour les tomates…

Déambulateur2.jpg

Le modèle le plus fréquent ici c’est le déambulateur classique, juste un cadre. Pour les plus aventuriers, il existe un modèle avec des roulettes. Je suppose qu’on peut l’utiliser comme les chaussures à roulettes, en se donnant un peu d’élan et en glissant dans les couloirs. Mais non, je n’ai pas vu de cascadeur dans les couloirs.

Pourtant, le centre possède son propre terrain d’entrainement de parkour, avec des passages très techniques…

Parkour.jpg

Le déambulateur semble être toutefois un produit très technique, qui nécessite une très bonne coordination des membres supérieurs et inférieurs, avec qui exige que l’on maitrise parfaitement l’art du levé – poussé – avancé (le déambulateur – le cadre – les pieds).

déambulateur1.jpg

Les béquilles

La dernière étape avant de reprendre le déplacement normal dit “bipède”. Ce que nous décrivons comme béquilles est parfois dénommé “cannes”, voir même au singulier.

La marche assistée par des cannes vient avec son lot de mythes et légendes. Ainsi, on dit souvent que marcher avec des béquilles alors que vous êtes en bonne santé portera malheur et que vous vous casserez une jambe. JeanBa, j’espère que c’est faux…

J’ai eu l’occasion d’identifier deux types de marche différentes, que je vais vous décrire ici (sinon ça sert à rien que je dise qu’il y en a deux, non?).

La première, que je pratique, consiste à avancer les béquilles et la jambes “faible” (entre guillemet, ma jambe n’est pas vraiment faible, disons qu’elle a pris un peu de repos) en même temps, de sorte à soutenir la jambe moins forte quand elle est à l’appuie. Lorsqu’on monte les escaliers, c’est la jambe forte qui commence, et on peut s’aider des cannes pour donner une impulsion. Pas trop forte l’impulsion, sinon on termine contre un mur.

Dans le cas d’une descente de marche? C’est l’inverse, la jambe forte passe en second. Je soupçonne que cela ne permette d’éviter au genou faiblard de ne trop se plier.

La seconde méthode est assez impressionnante, en fait digne des marathoniens ou des marcheurs de fond. La canne droite se doit d’avancer en même temps que la jambe gauche, offrant ainsi un bel exemple de synchronisation bras / jambes que je n’ai pas encore.

béquilles.jpg

On remarque très clairement chez cet athlète la synchronisation entre ses membres supérieurs et inférieurs. Voyez aussi l’impression de vitesse parfaitement retranscrite dans l’image floue.

Skateboard

Skate.jpg

Très certainement le moyen de locomotion le moins attendu et pourtant pratiqué par un très grand nombre de patient, notamment après les prothèses de hanche ou du genou.

On croise souvent des petits vieux et des petites vieilles dans les couloirs, casque de musique écoutant Frank Michael ou Mireille Mathieu à fond, en train de faire des figures ou simplement se déplacent d’un brigde à une télé jouant les feux de l’Amour, ou même pour aller vider leur poche (non, pas celle du pantalon).

skate1.jpg

Le problème principal, c’est qu’il arrive trop souvent qu’ils oublient (pensez vous, certain croient qu’Alzheimer est une figure qu’il leur faudrait passer un jour sur la planche à roulette) leur planche, et qu’ils l’abandonne au milieu d’un couloir ou d’une salle. Et là, on risque la grosse catastrophe!

skate2.jpg

De nombreux autres moyens de locomotion sont présents sur le site, certains fréquents comme le brancard ou le lit, d’autres plus rares comme la balle géante (déjà présente sur une autre photo).

Ballon.jpg

Mais dans tous les cas, la sécurité est primordiale, alors oui, devant comme derrière, en voiture comme en fauteuil, on met la ceinture!

ceinture.jpg

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *